Le rapport annuel d’activité et de gestion du CSE : la transparence au service de votre action
Mise en place du Comité social et économique : CGT, FO, CFTC et CGC réclament un sursis
Membres du CSE : développez votre rôle en matière de santé et de sécurité au travail
Certification des compétences des représentants du personnel : un guide pratique
Mise en place des représentants de proximité : quel(s) avantage(s) ?
Financement des ASC dans les CSE : une optimisation du budget possible à partir du compte de fonctionnement ?
Elections professionnelles : précisions sur l’égalité de traitement entre organisations syndicales
BDES : ce qui change en 2019
Transfert du budget de fonctionnement vers le budget ASC : risques et limite
Mise en place du CSE : la loi avenir professionnel modifie les règles de calcul de l’effectif
Secret des affaires
Zoom sur la commission SSCT : mise en place et enjeux
Le défaut d’alternance sur les listes électorales n’entraine pas toujours l’annulation des élections
Élections professionnelles et respect des règles de représentation équilibrée entre les femmes et les hommes
Négociation sans délégué syndical : modalités de négociation définitivement fixées
Création d’un accord dit de performance collective : primauté de la norme négociée sur le « socle » contractuel au service de l’emploi
PSE : le respect des observations du DIRECCTE est-il une garantie d’homologation ?
Le conseil d’entreprise et le représentant de proximité : deux nouvelles instances créées par les ordonnances Macron
Négociations obligatoires en entreprise : un rythme modifié
Dialogue social : des formations communes pour les employeurs, les salariés et leurs représentants
Inaptitude : quelle place pour les délégués du personnel en 2017 ?
Actualité 2016 : Faute lourde et indemnité de congés payés
Actualité juin 2016 : Le contrat de sécurisation professionnelle
Actualité décembre 2015 : l’attribution des ASC ne relève pas du « bon cœur » des élus
 
 
Membres du CSE : développez votre rôle en matière de santé et de sécurité au travail

Membres du CSE : développez votre rôle en matière de santé et de sécurité au travail

tissot.gif
Article rédigé par
Les éditions Tissot

Les prérogatives du comité social et économique en matière de santé, de sécurité, et de conditions de travail, sont particulièrement techniques. En effet, il est nécessaire de composer entre les règles légales, et l’aspect « humain » qui est intrinsèquement lié à cette matière. Nous vous proposons ici quelques pistes de réflexion afin résoudre cette équation.

Des missions SSCT réduites sur le papier…

La disparition du CHSCT au bénéfice du CSE et des commissions SSCT n’est pas sans conséquence.

Pour les entreprises d’au moins 50 salariés, l’article L. 2312-9 du Code du travail prévoit que :
« Dans le champ de la santé, de la sécurité et des conditions de travail, le comité social et économique :

1° Procède à l'analyse des risques professionnels auxquels peuvent être exposés les travailleurs, notamment les femmes enceintes, ainsi que des effets de l'exposition aux facteurs de risques professionnels ;

2° Contribue notamment à faciliter l'accès des femmes à tous les emplois, à la résolution des problèmes liés à la maternité, l'adaptation et à l'aménagement des postes de travail afin de faciliter l'accès et le maintien des personnes handicapées à tous les emplois au cours de leur vie professionnelle ;

3° Peut susciter toute initiative qu'il estime utile et proposer notamment des actions de prévention du harcèlement moral, du harcèlement sexuel et des agissements sexistes. Le refus de l'employeur est motivé. ».

Zoom TISSOT : Les textes applicables au CSE ne mentionnent plus la mission générale de prévention qui était celle du CHSCT. En effet, ce dernier devait contribuer à la « protection de la santé physique et mentale et à la sécurité des travailleurs » ainsi qu’à « l’amélioration des conditions de travail ».

Ces missions constituaient un pan très important de l’action menée par le CHSCT, et il est dommageable que le législateur ne les ait pas intégrées dans le corpus propre au CSE.

Le CSE réalise également :

  • des inspections concernant les conditions de travail des salariés, et cela au moins quatre fois par an ;
  • des enquêtes en cas d’accidents du travail ou de maladies professionnelles ou à caractère professionnel.

De plus, le comité dispose de deux droits d’alerte qui peuvent être rattachés aux notions de santé physique et mentale, de sécurité et de conditions de travail :

  • le droit d’alerte en cas de danger grave et imminent (ancien droit CHSCT) ;
  • le droit d’alerte en cas d’atteinte aux droits des personnes, à leur santé physique ou mentale ou aux libertés individuelles (ancien droit DP).

Notez-le : Ces missions sont d’une grande importance, mais il convient de les mettre en perspective avec les moyens dont disposent les membres du CSE. Baisse du nombre d’heures de délégation, poly-compétences demandées aux élus, délais de consultation raccourcis, négociations avec l’employeur, etc.

… Mais au cœur de l’action générale du CSE

En matière de santé, de sécurité et de conditions de travail, il est important que les élus ne cantonnent pas leur action aux grandes lignes prévues par le Code du travail.

À la lecture de l’article L. 2312-9 du Code du travail, il faut noter l’emploi récurrent du terme « notamment », qui signifie que les missions énoncées ne sont pas limitatives. Vous pouvez donc vous saisir librement de tout sujet relatif à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail dans l’entreprise.

De plus, le comité est consulté ponctuellement et périodiquement par l’employeur, en vue de rendre des avis motivés. Il est important de comprendre que toute thématique sujette à la consultation du CSE intègre désormais de facto une facette SSCT.

À ce titre, la situation économique et financière de l’entreprise, ses orientations stratégiques et sa politique sociale, les conditions de travail et d’emploi ont nécessairement un impact important en matière de santé, de sécurité, et sur les conditions de travail des salariés. Il est donc primordial d’également envisager ces consultations sous cet angle, et d’en tenir compte dans l’avis que vous allez produire.

De même, les projets importants modifiant les conditions de travail des salariés et devant faire l’objet de consultations ponctuelles, doivent être analysés par les élus en tenant compte des aspects SSCT.

Les inspections et les enquêtes, quant à elles, doivent être un moment d’échange libre et constructif avec les salariés. Ces derniers ne doivent pas vous percevoir comme le service sécurité de l’entreprise, ou comme disposant d’un pouvoir disciplinaire en la matière. Un lien de confiance doit se créer. À ce titre, il est important d’adopter une posture « d’apprenant » plutôt que de « sachant » : demandez aux salariés de vous expliquer ce qu’ils font et comment ils le font, sans que vous ne jugiez leur travail. Cela vous permettra de vous rendre compte que bien souvent les problèmes en matière SSCT dans l’entreprise sont générés par la structure de l’organisation du travail, plus que par les personnes elles-mêmes.

Analyse Tissot : Prises de manière générales, les prérogatives du CSE sont très larges. Le risque de la dilution des missions en matière de santé et de sécurité, qui sont pourtant l’un des piliers de l’action des représentants du personnel, est important. En vous impliquant fortement sur ces sujets, vous permettez une prise en compte active des problématiques rencontrées par les salariés. Il est donc nécessaire d’être à l’écoute, force de proposition et empathique pour pouvoir continuer à être le plus efficient possible dans cette mission. La réduction des prérogatives doit rester théorique, et se ressentir le moins possible au niveau pratique.

En ce sens il est important de négocier des moyens supplémentaires avec l’employeur, en mettant en avant l’utilité qui est la vôtre en matière de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Attention : Dans les entreprises comprises entre 11 et 49 salariés, le CSE peut également intervenir dans le champ SSCT. En effet, il contribue à promouvoir la santé, la sécurité et l’amélioration des conditions de travail dans l’entreprise, et réalise des enquêtes en matière d’accident du travail ou de maladies professionnelles ou à caractère professionnel.

Marc Kustner

Site du Ministère du Travail : travail-emploi.gouv.fr

Pour en savoir plus sur les publications des Éditions Tissot : cliquez ici

 

Votre email :

Créer un compte