Financement des ASC dans les CSE : une optimisation du budget possible à partir du compte de fonctionnement ?
Elections professionnelles : précisions sur l’égalité de traitement entre organisations syndicales
BDES : ce qui change en 2019
Transfert du budget de fonctionnement vers le budget ASC : risques et limite
Mise en place du CSE : la loi avenir professionnel modifie les règles de calcul de l’effectif
Secret des affaires
Zoom sur la commission SSCT : mise en place et enjeux
Le défaut d’alternance sur les listes électorales n’entraine pas toujours l’annulation des élections
Élections professionnelles et respect des règles de représentation équilibrée entre les femmes et les hommes
Négociation sans délégué syndical : modalités de négociation définitivement fixées
Création d’un accord dit de performance collective : primauté de la norme négociée sur le « socle » contractuel au service de l’emploi
PSE : le respect des observations du DIRECCTE est-il une garantie d’homologation ?
Le conseil d’entreprise et le représentant de proximité : deux nouvelles instances créées par les ordonnances Macron
Négociations obligatoires en entreprise : un rythme modifié
Cadeaux et bons d’achat de fin d’année 2017
Dialogue social : des formations communes pour les employeurs, les salariés et leurs représentants
Dans quels cas et dans quels délais peut-on contester les résultats d’une élection professionnelle ?
Le comité d'entreprise peut-il obtenir la prolongation de la durée de consultation ?
Inaptitude : quelle place pour les délégués du personnel en 2017 ?
Actualité 2016 : Faute lourde et indemnité de congés payés
Actualité juin 2016 : Le contrat de sécurisation professionnelle
Actualité décembre 2015 : l’attribution des ASC ne relève pas du « bon cœur » des élus
 
 
Mise en place du CSE : la loi avenir professionnel modifie les règles de calcul de l’effectif

A partir de 11 salariés, une entreprise doit en principe organiser l’élection des représentants du personnel. Seulement, tous les salariés ne sont pas pris en compte de la même façon pour comptabiliser l’effectif.

tissot.gif
Article rédigé par
Les éditions Tissot

A partir de 11 salariés, une entreprise doit en principe organiser l’élection des représentants du personnel. Seulement, tous les salariés ne sont pas pris en compte de la même façon pour comptabiliser l’effectif. Attention, la loi avenir professionnel modifie les règles actuelles puisque les salariés en contrat aidé ne vont plus pouvoir être exclus du décompte de l’effectif.

Mise en place du CSE : tout dépend de l’effectif

A partir d’un certain effectif, votre employeur a l’obligation d’organiser l’élection de représentants du personnel dans l’entreprise.

Avec le remplacement des instances représentatives du personnel par le CSE, il y a deux seuils d’effectif important à connaitre :

  • le seuil de 11 salariés qui déclenche les élections du CSE ;
  • le seuil de 50 salariés qui permet aux élus de bénéficier de davantage d’attributions.

L’effectif va aussi avoir une importance sur le nombre de représentants à élire, qui varie, selon plusieurs seuils.

Le seuil de 11 salariés doit être dépassé pendant 12 mois consécutifs pour entrainer la mise en place du CSE (C. trav., art. L. 2311-2). De même ce n’est que si l’effectif de 50 salariés est atteint pendant 12 mois consécutifs que le CSE sera doté des attributions réservées au CSE dans les entreprises d’au moins 50 salariés. Et il faudra attendre un délai de 12 mois, à compter de la date à laquelle le seuil de 50 salariés a été atteint pendant 12 mois consécutifs, pour que le CSE puisse exercer ces attributions (C. trav., art. L. 2312-2).

Mise en place du CSE : nouveau mode de calcul de l’effectif

Les ordonnances Macron, qui ont mis en place le CSE, n’avaient pas touché au mode de calcul des effectifs.

Celui-ci se fait en équivalent temps plein. Les salariés sont pris en compte à proportion de leur temps de présence dans l’entreprise.

Toutefois, certaines personnes doivent être exclues du décompte de l'effectif.

C’est le cas notamment des titulaires de contrat de professionnalisation (seulement pendant la période initiale de professionnalisation pour les CDI professionnalisation) et des contrats d'apprentissage (seulement pendant la période initiale d'apprentissage pour les CDI apprentissage).

C’est aussi le cas actuellement des salariés en contrat unique d’insertion - contrat initiative-emploi (CUI-CIE) pendant la durée d'attribution de l'aide financière de l’Etat.

Mais la règle va changer pour les effectifs calculés à compter du 1er janvier 2019. Les salariés en contrat initiative-emploi seront bien pris en compte dans les effectifs.

Une mesure qui va permette à la France de se mettre en conformité avec le droit européen qui exigeait la comptabilisation des contrats aidés dans les effectifs (arrêt de la CJUE du 15 janvier 2014, aff. C-176/12).

Pour en savoir plus sur les publications des Éditions Tissot : cliquez ici

 

Votre email :

Créer un compte