Élections professionnelles et respect des règles de représentation équilibrée entre les femmes et les hommes
Négociation sans délégué syndical : modalités de négociation définitivement fixées
Création d’un accord dit de performance collective : primauté de la norme négociée sur le « socle » contractuel au service de l’emploi
PSE : le respect des observations du DIRECCTE est-il une garantie d’homologation ?
La mise en place d’une politique sociale et culturelle
Accords emploi : conséquences du refus de la modification du contrat de travail
Le conseil d’entreprise et le représentant de proximité : deux nouvelles instances créées par les ordonnances Macron
Négociations obligatoires en entreprise : un rythme modifié
Cadeaux et bons d’achat de fin d’année 2017
Dialogue social : des formations communes pour les employeurs, les salariés et leurs représentants
Dans quels cas et dans quels délais peut-on contester les résultats d’une élection professionnelle ?
Le comité d'entreprise peut-il obtenir la prolongation de la durée de consultation ?
Inaptitude : quelle place pour les délégués du personnel en 2017 ?
ACCORDS D’ENTREPRISE, LA MAJORITE OU LE REFERENDUM
Gérer le risque relationnel dans l'entreprise
Actualité 2016 : Faute lourde et indemnité de congés payés
Actualité juin 2016 : Le contrat de sécurisation professionnelle
Actualité décembre 2015 : l’attribution des ASC ne relève pas du « bon cœur » des élus
 
 
PSE : le respect des observations du DIRECCTE est-il une garantie d’homologation ?

Que ce soit à l’initiative des représentants du personnel ou non, le DIRECCTE peut formuler un certain nombre d’observations dans le cadre de la procédure d’homologation ou de validation du Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Le Conseil d’Etat a récemment indiqué que le respect par l’employeur desdites observations n’était pas de nature à garantir l’homologation finale du PSE.

tissot.gif
Article rédigé par
Les éditions Tissot

Licenciement avec PSE : une procédure strictement contrôlée

Dans le cadre de la procédure de licenciement pour motif économique avec mise en œuvre d’un PSE (entreprises d’au moins 50 salariés qui projette un licenciement d’au moins 10 salariés sur 30 jours), l’employeur peut soit négocier un accord soit proposer un document unilatéral. L’accord ou le document unilatéral ont pour objet de limiter le nombre de licenciements et de faciliter le reclassement des salariés dont le licenciement est inévitable.

L’accord majoritaire signé devra faire l’objet d’une validation là où le document unilatéral devra être soumis à l’homologation du DIRECCTE.

Les représentants du personnel (CE/CSE ou, à défaut, les délégués du personnel), doivent être informés et consultés sur le contenu du PSE.

Cette étape est importante puisque, l’administration s’assurera, sous le contrôle du juge administratif que la procédure d’information et de consultation a été conduite de manière régulière et vérifiera la conformité du PSE au regard de la réglementation applicable.

Il revient donc à l’employeur d’informer l’administration du travail :

  • de l’ouverture des négociations en vue de la conclusion d’un accord majoritaire ;
  • du document unilatéral le cas échéant ;
  • du recours à un expert-comptable.

Tout licenciement prononcé en méconnaissance de cette procédure sera empreint de nullité.

À compter de la réception du dossier complet, le DIRECCTE a 15 jours pour notifier sa décision de validation et 21 jours pour sa décision d’homologation (C. trav., art. L. 1233-57-4). Le silence gardé par l’administration vaut validation ou homologation. Dans le cadre de la procédure de validation, l’administration exerce un contrôle restreint (sur les conditions d’adoption et le contenu de l’accord) tandis que son contrôle sera plus approfondi dans le cadre de l’homologation.

Cette décision doit obligatoirement être motivée par des éléments de fait et de droit qu’il s’agisse d’une autorisation ou d’un refus.

Lors du processus d’information et de consultation, l’administration peut à tout moment formuler des observations ou propositions ou enjoindre à l’employeur de communiquer certains documents ou encore de se conformer à une règle de procédure (C. trav., art. L. 1233-57, L. 1233-57-5 et L. 1233-57-6). Une demande d’injonction peut émaner des représentants du personnel, l’autorité administrative doit se prononcer dans un délai de 5 jours. En tout état de cause, elle doit adresser une copie de ses observations aux représentants du personnel.

Le juge administratif est compétent en cas de litige relatif à une décision de validation ou d’homologation, à l’exclusion de tout autre recours administratif ou contentieux. Le recours doit être présenté dans un délai de 2 mois, à compter de la notification de la décision administrative, en sachant que le juge a 3 mois pour se prononcer.

Notez-le : Si le juge administratif annule la décision de validation ou d’homologation, la procédure de licenciement économique comme le PSE sont nuls et le salarié pourra demander sa réintégration.

La mise en place d’une politique sociale et culturelle : une question de choix pour les élusLicenciement avec PSE : le respect des observations du DIRECCTE ne garantit pas l’homologation

Dans un récent arrêt, le Conseil d’État a été saisi de la question de savoir si le respect par l’employeur des observations émises par le DIRECCTE garantissait l’homologation du PSE. Dans cette affaire, la société avait engagé le licenciement pour motif économique de 11 salariés qui s’étaient opposés à la modification de leur contrat de travail.

Estimant s’être conformé aux observations émises par l’administration du travail, l’employeur avait intenté un recours pour excès de pouvoir afin de voir annulée la décision de refus d’homologation du document unilatéral fixant le contenu du PSE.

La Cour administrative d’appel a rejeté cette demande au motif que les mesures comprises dans le plan, n’étaient pas, prises dans leur ensemble, de nature à satisfaire aux objectifs de maintien dans l’emploi et de reclassement des salariés. En effet, l’administration avait refusé l’homologation pour des motifs qui n’avaient pas fait l’objet d’observation préalable.

Le Conseil d’État confirme l’analyse des juges du fond en précisant que la faculté de l’administration de présenter des observations, propositions ou injonctions ne fait pas obstacle à ce que le DIRECCTE refuse une homologation sur une irrégularité de procédure d’information-consultation ou une insuffisance dans le PSE qui n’auraient fait l’objet d’aucune proposition, observation ou injonction.

Ainsi, s’il appartient à l’administration d’éclairer l’employeur en cours de procédure afin de la rendre régulière cela ne préjuge en rien de sa décision finale, si cette dernière est motivée par des éléments de fait et de droit nouveaux ou des éléments déjà observés qui ont, in fine, étaient négligés par l’employeur.

Le défaut d’observations ou propositions en cours de procédure ne garantit pas la conformité de celle-ci.

Conseil d’État, 24 novembre 2017, n° 389443

Pour en savoir plus sur les publications des Éditions Tissot : cliquez ici

 

Votre email :

Créer un compte